Diplômé de l’Imperial College de Londres en 2010 avec une maîtrise  en génie électrique, Ben-Alun Jones est actuellement inscrit aux  cours de génie de la conception de l’innovation au Royal College of Art. Il s’intéresse à des formes plus holistique de la conception de l’interaction et la réévaluation de notre relation avec la technologie moderne.

Encore étudiant il réalise de nombreuse interventions à mis chemin entre l’art et le design. L’œuvre « Invisible Chair » de Ben-Alun Jones est une tentative de l’impossible: l’invisibilité.

« Il ya quelque chose d’idéologique dans la conception d’une chaise », explique t-il, « je voulais vraiment que l’on puisse s’asseoir sur rien – comme si vous étiez pris en charge par l’air. C’est comme ça que j’ai commencé à créer une chaise qui, en quelque sorte, n’était pas là. Une structure faite de lumière. »

un ensemble de feuille de plastique acrylique et film miroir sans teint sont utilisés pour créer une structure qui reflète et se confond avec son environnement. cette chaise  répond non seulement à sa fonction mais aussi se  camoufle dans son  environnement, elle interagit aussi directement avec le modèle: des  capteurs active la  pulsation  des LED cachés dans son cadre que battent comme un  cœur lorsque l’on  s’approche. L’effet est étrange: la chaise est éclairé de l’intérieur, sa surface réfléchissante devient transparente et toutes ses arêtes sont illuminés. La disparition de la chaise est une tentative d’évasion,  cet objet étrange est animé tout en reste cloué sur place, son corps disparaît tout en  révélant un autre espace caché à l’intérieur.

Alun-Jones  explique son œuvre comme étant  un outil  utilisant la technologie pour contester les perceptions existantes. Les  matériaux qu’il utilise sont non conventionnelles – des LED, des capteurs à ultrasons, et des circuits programmés sur mesure. Le résultat est nouveau, robotique.

Matériaux:
Acrylique, Miroir sans teint, LED,  capteurs à ultrasons, circuits électroniques .

Photographie: Luc Bennett